Les Fauteuils des années 1950

Malgré son émergence à la fin des années 1940, le mobilier moderne du milieu du siècle reste à ce jour, intemporel et incroyablement chic. Mais ce que nous appelons aujourd’hui le design moderne du milieu du siècle est un mélange de décennies de design. Même si vous n’avez pas entendu parler des noms Eames, Saarinen ou Bertoia, il y a de fortes chances que vous connaissiez leurs designs. Voici un guide du mobilier du milieu du siècle, un mouvement qui continue de définir et d’embellir nos cuisines et nos salons. 

L’origine 

Le mouvement du milieu du siècle, qui a atteint son apogée dans les années 1940-1960, comme son nom l’indique, est le résultat naturel du modernisme. Il était ancré dans les notions de fonctionnalité, d’élégance et de simplicité, comme le défendaient des personnalités comme le Bauhaus et Le Corbusier, dont le dicton – « une maison est une machine à vivre » – s’est naturellement infiltré, et souvent de façon controversée, dans l’idéologie des designers du milieu du siècle. 

Le fauteuil en forme de plate-forme de George Nelson de 1946 est souvent cité comme l’une des premières conceptions mémorables du genre. Il a été créé pour être accessible aux ménages moyens. C’est un idéal que Nelson a hérité de la sensibilité du Bauhaus pour qui il fallait « un bon design pour tous ». Après le banc décontracté, léger et élégant de Nelson, le mouvement a continué à valoriser l’idée romantique selon laquelle un bon design pouvait changer la vie de tout le monde, et pas seulement celle des riches. Le design pouvait changer le monde pour le mieux. 

Les magnifiques chaises californiennes de l’extraordinaire couple de designers Ray et Charles Eames sont devenues synonymes du mouvement, et pour eux, comme ils l’affirmaient, l’idéologie était simple, mais puissante : « Faire profiter le plus grand nombre de personnes du meilleur pour le moins d’argent possible ». 

Les matériaux 

Pour les designers des années 50, les matériaux étaient utilisés pour leurs qualités propres, même délibérément artificielles, et jamais pour imiter le sillon du bois ou du marbre. Ils ont adopté des matériaux relativement nouveaux comme le métal, le verre, le vinyle et le contreplaqué, en les compensant avec du bois pour créer des juxtapositions nouvelles et passionnantes. Souvent, un meuble ne combinait que deux matériaux ou deux couleurs, créant ainsi une tension et une harmonie sans fioritures ni ornements superflus. 

La table Noguchi en bois massif de palissandre et en verre de l’artiste et architecte Isamu Noguchi en est un exemple : elle a été décrite comme une « sculpture pour l’usage », et sa dualité de deux éléments a créé quelque chose de fluide, d’autoportant et d’incroyablement fonctionnel. 

Les Eameses se sont également fait les champions des nouvelles technologies, en créant des chaises en résine plastique ou en grillage métallique qui ont été produites par le fabricant Herman Miller. Leur fauteuil en plastique moulé et en fibre de verre était peu coûteux et avait une qualité mixte : le consommateur pouvait choisir parmi trois couleurs de plastique (gris élégant, peau d’éléphant ou parchemin) et pouvait choisir une base en métal, en bois ou à bascule. Les matériaux associés au bon marché et à l’industrie sont devenus la base des intérieurs contemporains et des canapés art déco

Le style 

George Nelson a déterminé qu’il y avait trois catégories « du mobilier des années 50 : la biomorphique, la machine et l’artisanat : 

  • La catégorie biomorphique des années 50 décrit le mobilier qui se délectait des surfaces organiques, courbes et lisses, dont le design était moulé en forme de reins et de boomerangs. Il offrait un contraste accessible et vivant avec l’esthétique plus austère de la machine du Bauhaus. Née en Hongrie, Éva Zeisel, basée aux États-Unis, a particulièrement exploré le monde naturel dans ses créations : ses célèbres salières et poivrières dégagent de la personnalité, et son diviseur de pièce en forme de nombril combine les formes du corps humain avec des divisions fonctionnelles de l’espace. Les autres classiques de la biomorphique sont la chaise en plastique Eames Lounge, qui ressemble à un nuage, et la chaise fluide Panton de Verner Panton. 
  • L’aspect machine du fauteuil art déco est né au Bauhaus et à la Streamline Moderne, d’où il s’est approprié ses formes géométriques de l’ère spatiale qui jouaient avec la forme et la fonction. L’horloge Ball Clock de George Nelson pour la société d’horlogerie Howard Miller de l’époque semblait être tombée du 21e siècle, mais elle semble aujourd’hui vintage. Elle était nostalgique d’un temps encore à venir. 
  • Malgré son nom, la troisième catégorie de modernisme “fait main” des années 50 était encore conçue pour la production industrielle et exprimait des idéaux d’utilité et de minimalisme dans les lignes sculpturales du bois formé. Le “fait main” a surtout défini le volet danois du mouvement. Le Danois Finn Juhl a été un pionnier : son fauteuil art déco 45 est un classique — une combinaison de cuir gracieux et de bois finement sculpté qui donne un aspect léger, délicat et aéré. 

Les modèles de fauteuils les plus iconiques des années 1950 

  • Le fauteuil de chasse ou “Hunting chair” de Borge Mogensen : présentée à la Guilde des ébénistes de Copenhague en 1950, ces canapés art déco étaient fabriqués en bois de chêne traité au savon avec du cuir de selle naturel. 
  • L’antilope de Ernest Race: conçu en 1951 pour le Festival de la Grande-Bretagne et médaillé d’argent au dixième Salon du meuble de Milan, c’est un fauteuil à siège incurvé moulé, construit avec du pli du Gabon et dont le cadre a été réalisé avec de l’acier plié. 
  • La chaise en bois de scie ou “Sawbuck” de Hans J. Wegner fabriquée en 1952 pour Carl Hansen & Søn 
  • Le fauteuil du valet ou “valet chair” conçu par Hans J. Wegner en 1953 et fabriqué par PP Mobler. 
  • La chaise Série 7™ conçue par Arne Jacobson en 1955 : c’est ce fauteuil léger et empilable qui propulsera Jacobson et Fritz Hansen au rang de vedettes du meuble avec plus de sept millions d’exemplaires vendus dans le monde. 
  • Le fauteuil PK22™ conçu par Poul Kjærholm en 1956 et fabriqué par Fritz Hansen depuis 1982. C’est l’une des œuvres les plus réussies de Kjærholm et disponibles en toile, en cuir ou en osier. 
  • Le fauteuil de détente (Lounge chair) et pouf Eames: conçu par Charles et Ray Eames et sorti en 1956, c’est une icône du design américain. Ensemble, la configuration du fauteuil Lounge Chair et du pouf Eames est si reconnaissable qu’il s’agit d’une marque déposée. 
  • Le Mezzadro conçu par Achille et Pier Giacomo Castiglioni entre 1954-1957 et fabriqué par Zanotta en 1970. Également appelé tabouret de tracteur, le joyeux Mezzadro utilise un design de siège de tracteur du début des années 1900. 
  • Le fauteuil Tulipe conçue par Eero Saarinen en 1957 et connue à l’origine sous le nom de piédestal. 
  • La chaise espagnole conçue par Borge Mogensen en 1958 pour Fredericia. Fabriquée en bois massif et en cuir de selle, la “Spanish Chair” engendre des espaces plus ouverts, plus détendus et plus conversationnels. 
  • Le fauteuil Egg™ conçu par Arne Jacobson en 1958 a été une réalisation remarquable. Icône du design moderne danois des années 50, ce classique durable n’a jamais cessé d’être produit. 
  • Le fauteuil en cône conçu par Verner Panton en 1958 au style pop art et un profil futuriste. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :